Search
  • Ste. Thérèse - Jean XXIII

LA VIE CONTINUE…ET CONTINUERA !


Le 20 Novembre 2020


Le Heureux « En lien et en Prière » N°14

Déjà le N°14 de « Heureux En lien et en prière ». Il nous reste encore jusqu’au 1° décembre à vivre le reconfinement, ne sachant pas comment les choses vont se tourner jusqu’à Noël.

En réalisant avec Anne-Marie Olliveau cette circulaire, nous mesurons à partir de vos contributions, combien ce 2° confinement est bien différent du premier. L’école, et heureusement, pour les parents qui travaillent ou télétravaillent, fait qu’une bonne partie de gens continuent à se déplacer, tandis que beaucoup d’autres restent chez eux, revivant cette douloureuse expérience du confinement. C’est plutôt pour les retraités et particulièrement les « tous juste » retraités, actifs comme bénévoles que ce 2° confinement est particulièrement délicat. Il y a plusieurs années, le médiateur de la république avait fait le constat que si la société française tenait et avait une certaine cohésion sociale, c’était particulièrement grâce au tissage des liens associatifs…Combien aujourd’hui d’associations (et leurs actions auprès de tous et auprès des plus fragiles) vont être en difficulté par manque d’adhérents ou de bénévoles !

Au 1° confinement, nous avions envie d’imaginer le « monde d’après » en espérant qu’il soit autre…cela est moins apparu dans les derniers numéros de HELP…L’enjeu de ce 2° confinement, c’est de protéger la santé de beaucoup en préservant le personnel de santé de nos hôpitaux, de nos Ephads face à cette 2° vague. Il s’agit aussi de maintenir l’activité de notre économie…L’économie, c’est aussi le visage et le cri des petits commerçants, des restaurateurs, du monde culturel…et de biens d’autres travailleurs.

Quelqu’un me disait : « Nous avons juste le droit de travailler et d’acheter ». Ne risque-t-on pas d’être réduit à être seulement « travailleur » ou « consommateur » quand nos relations humaines (familiales, amicales, associatives, de voisinages…) sont marquées par le masque et les distanciations…Mais comment faire autrement ? Cette question est révélatrice du débat (qui pouvait risquer de devenir polémique) au sujet du retour de la messe dans nos églises ?

Nous ne sommes pas que « travailleurs » ou « consommateurs » mais aussi citoyens…Nous sommes comme citoyen des hommes et des femmes avec une dimension spirituelle appartenant à une religion…Comment concilier ses deux dimensions : citoyennes et chrétiennes ? Si nous pouvons aller dans les magasins pour consommer, pourquoi ne pouvons pas aller aussi dans les églises pour se rassembler ? Comment vivre sa foi dans les difficultés que vit notre société en étant des chrétiens responsables, fraternels au nom de notre foi, et vivant la fraternité écrite sur les frontons de nos mairies ? Si je mets tout cela avec des questions, c’est qu’il n’y a pas de réponses toutes faites…

Souvent, vous me demandez, comment je vis ce reconfinement ? Alors comment vous répondre comme homme ? comme citoyen ? comme chrétien ? comme prêtre ? ou comme curé ? Je réponds avec tout ça, car c’est le même bonhomme !

Comme j’entends souvent dire des uns et des autres, j’ai envie de répondre : « je ne suis pas le plus à plaindre ! » Humainement, mon rythme de vie est plutôt agréable. J’ai un frère prêtre qui m’est tombé du ciel, enfin de côte d’Ivoire…Il y a aussi Christian qui en faisant sa marche vient donner la soupe qu’il a cuisinée…Après la messe facebook du Dimanche, nous mangeons ensemble entre prêtres de la paroisse (la seule entorse le jour du Seigneur !) en faisant bien attention aux gestes barrières…

Souvent, je me dis que je devrais vivre le ministère comme cela dans l’année : prendre le temps de m’arrêter pour écouter, aller visiter…J’ai pris le temps d’aller donner la communion à 2 couples âgés de la paroisse, de vivre la prière en direct de Taizé avec Jean-Luc et Marie-Noëlle ! En quelques mots, Monique Lamousse que beaucoup d’entre vous connaissent, a su me dire son attachement à la communion, sa « petitesse » devant la présence réelle du Christ (lui aussi encore plus petit dans cette hostie). Des rencontres de foi marquantes.

Contrairement à l’autre confinement…les réunions continuent autrement…Comme l’école continue, je suis sollicité par exemple par l’accompagnement de l’aumônerie de l’Enseignement Public, du collège du Sacré Cœur ou du lycée Saint François d’Assise. Le principe : une réunion prise sur l’agenda doit pouvoir se faire à la date prévue…J’ai trouvé un système : la réunion téléphonique à plusieurs.

Nous avons pu faire le conseil de paroisse de Jean 23 (pas encore celui de Ste Thérèse, car à la date prévue, je n’avais pas encore fait de réunion au téléphone). Les personnes du conseil de paroisse ont dit comment elles (ou autour d’elles) des personnes sont attentives, comment elles appellent, gardent des liens avec les personnes de leur entourage, de la paroisse durant ce confinement ? Elles se sont dit aussi comment cette attention, et particulièrement aux personnes isolées, aux plus fragiles est appelée à être toujours plus portée par toute la communauté chrétienne…

Ce partage des uns et des autres nous a donné des pistes pour le temps de l’Avent : « Dans la nuit que nous traversons, nous préparer à percevoir l’espérance de Noël. »

A la fin du conseil économique (où les 2 paroisses étaient présentes), chacun a dit comment cette rencontre (même par téléphone) avait été réjouissante et chaleureuse…Bien que nous ayons parlé de choses concrètes, même matérielles, le fait d’oser, de prévoir, de se lancer dans des travaux, était une manière d’avoir confiance en l’avenir…

L’équipe pastorale commune aux 2 paroisses de cet après midi, s’est conclue avec cette phrase de Cécile : « Les événements que nous traversons : une invitation à avancer. On ne sait pas trop où l’on va…mais au moins allons-y ensemble.» Dominique a renchéri : « une invitation à inventer » Je crois qu’il va nous falloir être inventif…Nous attendons les directives de mardi prochain pour pouvoir vous donner des éléments pour vivre et nous préparer à Noël.


Des nouvelles de Barbara, centre spirituel jésuite de Penboc'h

Lettre aux amis en ce temps de confinement

Nous initions cette lettre hebdomadaire pour rester en lien et vous proposer quelques pistes de réflexions pour nourrir notre intériorité et dépasser nos inquiétudes. Une invitation à vivre un temps de retrait(e) !

Qu’est-ce qui m’agite ?

Plan urgence attentat, état d’urgence sanitaire, tensions autour des élections aux Etats-Unis, et bien d’autres événements marquants viennent agiter la planète en ce moment. Evènements qui peuvent inquiéter ou, à tout le moins, susciter chez chacun de nous des émotions.

Il peut y avoir une forme de fascination face à cette ampleur catastrophique relayée fortement par les médias. Il peut y avoir des mouvements de colère, de peur, de désarroi…

L’émotion en soi n’est ni bonne ni mauvaise. Elle est présente. Ce qui importe, c’est de mettre des mots sur ce qui nous agite, nommer ces émotions pour ne pas se laisser submerger par elles et prendre pleinement conscience de ce qui se vit en nous.

Mettre des mots nécessite de se poser, de prendre du temps, de faire silence. C’est alors que peut émerger une parole d’espérance que le psaume 23(22) traduit magnifiquement : « Même si je marche dans un ravin d’ombre et de morts, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ; ton bâton, ton appui, voilà qui me rassure ».

Barbara Walter, de la communauté

Centre spirituel de Penboc'h

Courrier des lecteurs

Un grand merci pour le contact régulier maintenu avec les paroissiens avec En Lien de Prière. A bientôt j'espère. Bien cordialement.

P. ALIX


Bonjour à vous

Merci pour tous ces mails. Bonne journée encore Merci

Dorette (mariée cette année au Sacré Cœur avec Thierry)


Nous recevons 2 fois les HELP. Nous avons bien besoin de secours mais 2 fois la même lecture, même confinés, ce n'est pas utile ! Merci pour ce travail de lien qui comble un peu le manque de contact. Marie Thé et Guy Boudaud


Quel coup de boost cette homélie ! Ca nous pousse à nous questionner non pas sur tel dogme ou telle règle à observer mais sur nos vies. Martin

Merci du partage !



5 views