Search

COMMUNION JUILLET-AOÛT



En cadeau pour cette fin de période compliquée, je vous offre la parabole du TITANIC, texte rédigéée par un prêtre français en mission au Pérou :

Mes loisirs forcés m’ont amené à revoir quelques films qui autrefois m’avaient plu. Sur mon petit écran d’ordinateur, j’ai revu le film Titanic, avec Leonardo Di Caprio. Et aussitôt J’ai rédigé ce papier en espagnol pour mes agents pastoraux, comme un conte de Perrault, pour sa symbolique. En voici la version française. Dans les années insouciantes d’avant la première guerre mondiale, en 1912, l’ambiance était au progrès que rien n’arrêterait. Tout pouvait se résoudre par la science. Le monde autrefois religieux avait fait son temps. Le bateau immense était extraordinaire de luxe et de technologie. On avait lancé le slogan à sa mise en mer « que même Dieu ne pouvait pas le couler ! ». Le Titanic était insubmersible. Pourtant avant d’entreprendre son voyage inaugural en avril 1912, quelques voix s’étaient élevées disant que cette traversée était dangereuse, à cause d’une vitesse, qui à ce jour n’avait jamais été atteinte et  à cause de l’itinéraire par le nord où l’on pouvait faire de mauvaises rencontres  avec des icebergs… Les ingénieurs en rirent aux éclats : ces pauvres ignorants ne connaissent rien à la science moderne ! Quand se produisit le choc avec la montagne de glace, un des ingénieurs qui avait construit le bateau et qui en connaissait les faiblesses, dit au commandant Smith qu’il fallait sortir les canots de sauvetage. Pourquoi ? dit Smith, puisque le bateau  avec sa double coque  est insubmersible et  qu’il arriverait à bon port légèrement égratigné. Et il se mit à crier à l’orchestre : « Musique ! que la fête continue ! » Des 2500 passagers, sept cents seulement purent monter à bord des canots de sauvetage, qui étaient en nombre insuffisant, toujours pour la même raison : le bateau était insubmersible. D’autres, comme dans le film, s’agrippèrent à des morceaux d’épaves. Le géant des mers se rompit en son milieu et s’enfonça avec encore mille personnes à son bord ; il repose aujourd’hui par 4000 mètres de fond. Ce n’est pas l’iceberg qui a coulé le Titanic, c’est l’orgueil et la suffisance. Le navire allait trop vite, car il avait la prétention de traverser l’Atlantique en un temps record. Tous les marins savent que devant l’obstacle, on n’arrête pas un bolide de milliers de tonnes en trois minutes. La double coque était un leurre, les ingénieurs avaient menti. On n’écouta pas, on méprisa l’avis des personnes sensées. Qui écoute aujourd’hui la petite Greta Thunberg et le pape Francisco ? Qui dénonce la destruction des écosystèmes, qui disent qu’en continuant ainsi nous allons droit dans le mur, que le bateau qui nous porte, nous étions en train de le détruire ; et que nous pourrions tous couler avec lui.  Nous nous sommes bouché les oreilles, car beaucoup pensent que notre société-titanic, avec ses luxes et ses fêtes, est indestructible, insubmersible. L’an 2020 aura été un grand choc, une sacrée secousse. Même les guerres n’avaient pas frappé aussi fort : l’économie, la politique, l’éducation nationale et même la religion. Le rite d’enterrer ses morts comme il se doit était sacré et universel, le virus l’a profané. Oh ! l’humanité ne va pas disparaître, nous avons quelques chaloupes de sauvetage, peut-être bientôt un vaccin. Mais la pire des erreurs serait de croire qu’après les confinements, tout allait recommencer comme avant. Comme si rien ne s’était passé. Nous considérions que la peste était un vieux truc du Moyen-âge. Cependant elle est revenue. Avouons que la vertu d’humilité n’a pas vraiment la cote, pourtant Covid 19 nous y oblige. Le Titanic, une parabole pour temps de pandémie…

Marcel Rineau Prêtre fidei donum (Paris) en mission au Pérou




« En lien et en prière » L’Hebdo Vendredi 26 Juin 2020 N°7

C’est le dernier numéro avant l’été de « En lien et en prière, l’hebdo ». Ces différents numéros nous ont permis de vivre sereinement le déconfinement en vous donnant des informations sur la reprise des messes. Avec les conseils de paroisse et le conseil économique, nous réfléchissons à la mise en place de moyens de communication à la rentrée. Je vous fais échos de quelques pistes de réflexion : - D’abord le bulletin inter-paroissial (Sainte Thérèse du Val d’Ornay et Saint Jean XXIII). Il s’agira sûrement de mettre en place une équipe de rédaction. Avec l’expérience du confinement, comment ce bulletin peut devenir interactif ? Que chacun dans sa mission, sa responsabilité, son service, son mouvement, informe des rencontres prévues mais fasse aussi écho de ce qui s’est vécu (pas seulement dans le faire, mais aussi dans « ce que deviennent les personnes ») suite à une rencontre, à un échange, un service. L’abonnement au bulletin se ferait en même temps que la collecte paroissiale de chaque paroisse en Octobre.

  • -  La feuille assemblée : Comme nous devenons une « Eglise Verte », label pour vivre le respect de notre planète dans notre manière de vivre la paroisse, la feuille d’assemblée serait une feuille A5 avec les chants seulement (comme sur la paroisse Ste Thérèse actuellement). Nous pourrions mettre les sépultures de la semaine et les messes du souvenir ainsi que des annonces simples des rencontres prévues dans la semaine.

  • -  Chaque semaine « une lettre info » seulement par mail (dans le style « En lien et en prière l’hebdo »), là aussi interactive...donnant les informations nécessaires sur la vie de nos deux paroisses...Des extraits d’article, des réflexions pourraient être mis en pièces jointes...

  • -  Le site de la paroisse Ste Thérèse du Val d’Ornay pourrait deveniraussi celui de la paroisse Saint Jean XXIII en attendant le nouveau site du diocèse permettant d’accueillir, à l’avenir, les sites des paroisses. – une page Facebook est aussi en cours de réflexion. N’hésitez pas à réagir, à proposer vos services, vos idées sur cette réflexion-communication pour nos deux paroisses: larochejean23@diocese85.org Je tiens à rappeler des consignes pratiques concernant les eucharisties durant l’été. Ce que nous vivons actuellement nous aidera à la rentrée pour vivre des assemblées qui accueilleront les familles pour les enfants qui feront leur communion. Pour l’été, nous reprendrons les horaires habituels de nos 2 paroisses... Saint Hilaire 18h30 en juillet – Sainte Bernadette 18h30 en Août –Sacré Cœur Dimanche 10h30 Saint André Samedi 18h30 / Sainte Thérèse Dimanche 10h30 Appel aux jeunes parents, aux équipes liturgiques, aux membres des différents conseils : Pour vivre l’accueil aux entrées de nos églises grâce aux volontaires, merci de vous inscrire à partir du lien (avant samedi midi) : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1qkindeQP5hb2kKJUt67sxP828V AJn6s6 827dK07YY_4/edit?usp=sharing Ceci est très important pour que des personnes de la communauté accueillent les personnes de passage durant l’été, mais aussi les familles de communion à la rentrée. Les personnes qui accueillent soulagent les sacristains et les prêtres dans les règles sanitaires à respecter. Au-delà du service, c’est aussi une manière de vivre notre projet pastoral : Une Eglise qui accueille. Continuons de vivre la visitation « eucharistique », en donnant la communion à ceux qui ne peuvent nous rejoindre : Pour les personnes qui donnent la communion à un proche : (par une porte seulement, plutôt par la porte « accès personnes handicapées » par exemple) - Soit elles ont déjà leur custode. Il suffit de la désinfecter extérieurement et de mettre une hostie à l’intérieur. Poser la custode fermée directement devant l’autel (sur une table prévue à cet effet) - Soit vous voulez donner la communion à une personne de votre entourage : des custodes sont à votre disposition à cette même entrée. Il suffit de la désinfecter extérieurement et de mettre une hostie à l’intérieur. Poser la custode fermée devant l’autel sur la table prévue à cet effet. Ne pas oublier de venir la chercher à la fin de la messe.

MERCI pour votre OFFRANDE Merci pour tous ceux qui ont donné sans avoir pu venir à la messe durant le confinement. Merci à ceux qui ont été généreux à la reprise des messes. La messe se vit dans l’offrande eucharistique du pain et du vin. Associée à cette offrande, la quête est un acte liturgique ; Il est offert aux catholique de participer à ce geste liturgique qu’est la quête en versant leur offrande grâce à un site internet sécurisé et rapide mis en place par la conférence des Evêques de France : https://donner.catholique.fr/quete/ Pour aller sur le site : soit copier l’adresse ci-dessus dans votre recherche internet, soit appuyer sur la touche Ctrl et cliquer sur le lien bleu Les montants versés seront intégralement reversés aux diocèses qui, eux- mêmes, les reverseront aux paroisses. Nous vous recommandons également l’application Smartphone La Quête https://www.appli-laquete.fr Vous pouvez envoyer vos intentions de messe à : Presbytère Sacré Cœur 11, rue Mermoz 85000 La Roche Sur Yon Presbytère Saint André 225, rue Roger Salengro 85000 la Roche Sur Yon Merci d’indiquer l’intention, la date demandée, l’église et de joindre un chèque de 18€ à l’ordre de « paroisse». ACCUEIL PAROISSIAL durant l’été Pour inscription au baptême et donner des intentions de messe Pour la Paroisse Ste Thérèse : Permanences d’accueil le Samedi seulement de 10h à 12h à Ste Thérèse. Permanences d’accueil le Mercredi et Samedi de 10h à 12h à Saint André. Pour la paroisse Saint Jean XXIII : Permanences d’accueil le Mercredi et le Samedi de 10h à 12h seulement à l’église St Hilaire Les messes de semaine durant l’été Paroisse Ste Thérèse du Val d’Ornay : - Messe Mercredi à 9h00 sacristie, église Saint André. - Messe Vendredi à 9h00 Oratoire à Sainte Thérèse. Paroisse Saint Jean XXIII : - Messe Mardi 8h25 Monastère de la Visitation - Messe Jeudi à 9h00 église Saint Hilaire Pour ce dernier numéro (nous faisons une trêve durant la période estivale), nous voulions vous donner des nouvelles d’Odette, épouse de François, décédé avant le confinement. François était sacristain de sépulture et accueillait à chaque messe à saint Hilaire. Odette, habitant toujours à Belleville, l'épouse de François, a téléphoné pour prendre des nouvelles des personnes de la paroisse pour savoir comment on avait vécu notre confinement et si on allait bien. Pour elle, cela s'est bien passé. Elle est entourée et apprécie sa vie à Belleville. Elle vous salue bien

135 views